Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site internet, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêt, vous proposer des services de partage et optimiser les fonctionnalités du site internet. Cliquez ici pour en savoir plus sur la protection de votre vie privée et paramétrer les traceurs.

Le site officiel des organisateurs de voyages en normandie

 

La Normandie, berceau de l'impressionnisme

En sortant de leurs ateliers et en découvrant les lumières si particulières de la Normandie, les artistes ont fait émerger ce qui allait être l’un des mouvements picturaux majeurs du 19ème siècle en France.

© Rico Büttner - Fotolia.com.jpg

Honfleur

L’Impressionnisme est né en Normandie, de la rencontre des avant-gardes anglaise (Turner, Bonington, Cotman) et française (Géricault, Delacroix, Isabey), puis de l’émergence d’une école française de la nature (Corot, Huet, Millet, Rousseau).

Au début des années 1860, le meilleur de la nouvelle peinture se retrouve à Honfleur, à la ferme Saint-Siméon : Monet, Courbet, Daubigny, Boudin, Jongkind, Bazille...

Au même moment, Degas peint ses premières courses de chevaux au Haras-du-Pin, Manet révolutionne la peinture de marine à Cherbourg, Courbet et Whistler brossent des « paysages de mer » à Trouville et Deauville et Berthe Morisot de lumineux paysages sur les côtes de la Manche.

Claude Monet peint en 1872, dans la ville portuaire du Havre, « Impression, soleil levant ». C'est en découvrant ce tableau que le journaliste Louis Leroy décida d'intituler son article paru dans Le Charivari du 25 avril, « L’Exposition des Impressionnistes ». Il donna ainsi son nom à ce célèbre courant artistique.

A sa suite, tous ses amis (Degas, Pissarro, Renoir, Berthe Morisot, Gauguin, Sisley, Caillebotte) viennent peindre sur les côtes normandes et le long de la Seine. Des colonies d’artistes étrangers s’installent dans la région. Des « écoles » se créent, d’où sortent de jeunes contestataires (Seurat, Signac, Angrand, Dufy, Braque, Duchamp...).

Et c’est encore Monet, dont plus de la moitié de l’œuvre a été réalisée en Normandie, qui va porter l’Impressionnisme à son point d’incandescence, avec ses fameuses séries des Falaises d’Étretat, des Cathédrales de Rouen et des Nymphéas de Giverny.

Ainsi, pendant plus d’un siècle, le fleuve majestueux de l’Impressionnisme a irrigué les terres normandes, pour y faire pousser d’exceptionnelles moissons.

Sources : Jacques-Sylvain Klein. - Auteur de Lumières normandes, les hauts-lieux de l’Impressionnisme
C.R.T Normandie


(c) Pierre Jeanson

Fondation Monet - Giverny

(c) Von Pelchrzim

Giverny

(c) Thierry Houyel

Maison de Giverny- Fondation Monet